05/08/2003

Wild wild west

Hier soir ... 17h45 ... je rentrais paisiblement dans mon havre de paix ...
Tout à coup, bouchon, sur cette petite nationale 90 reliant Mons à Binche ... camions de pompiers, police, tout était là pour empêcher les paisibles navetteurs de rentrer chez eux ... en cause? une remorque de tracteur, bourrée de ballots de pailles avait pris feu ...
La maréchaussée, souriante, nous envoie vers une petite route rue ruelle chemin de campagne ...
Oh, moi, ça ne me dérange pas vraiment ... j'habite ce genre de chemin où deux véhicules ne peuvent se croiser sans s'arrêter, et où la courtoisie doit régner en maitre, sous peine de se retrouver dans une impasse ...
Bref (javel net), je reprends ...
J'étais donc à la recherche de ce raccourci que jamais je ne trouva, quand soudain, je les aperçu ... euh, non, ça, c'est l'histoire de la semaine prochaine ... où en étais-je réellement? ... ah oui ...
Nous disions donc: petit chemin campagnard ...
à 100 mètres, je repère une grosse BMW, du citadin type qui n'a jamais roulé sur ce genre de voie: toutes les voitures sont bien sur le côté de la route, mais lui, ne comprends pas qu'il doit aussi se mettre sur son côté pour pouvoir passer ... non non, en roulant dans l'herbe, on ne risque pas de crever ... y a pas de fossé non plus ...
Bref (re-javel net), il réussi tant bien que mal à passer ... et se dirige vers moi ... instinctivement, je me met sur le côté, même s'il est encore loin ... c'était malheureusement trop de réflexions pour le punto derrière moi qui me double ...
"Allez LuLa"! "Aerton est revenu parmi les vivants"...
Ben non, perdu, on a l'air con quand, petite punto, on se retrouve face à face avec une grosse BMW série 5 ... Et la punto de devoir faire marche arrière, malgré la file de voitures qui la suivait, collées au pare-choc ...
Cette mésaventure terminée, j'ai refusé de suivre la masse des voitures tournant à gauche pour rejoindre la nationale ... il y avait encore au moins 500 mètres de petites routes pour elles, et ca bouchonnait monstre (accent de Lausanne) pour les mêmes causes que ci-dessus, répétées 25 x ...
Je m'enfonçais donc un peu plus dans la campagne d'Estinnes, seul, au volant de mon fidèle destrier "titine", un pur sang opel, de race Corsa ...
Le décor était magnifique ... j'aime cette campagne ... On y voyait moultes moissonneuses avalant avec un appétit d'ogre le tapis d'or de blé, les tracteurs et leurs occupant, recueillant la moisson, soulevant les ballots ... le tout sous un soleil brûlant et un bleu céleste éclatant de pureté ...
Oouuhllàààààà .... je m'égare ... me dis-je au premier degré ... et c'était vrai ... perdu à la fois au milieu de toute cette activité agricole, et seul automobiliste au milieu de nulle part, je devais me remettre à la recherche de ma route vers l'est initiale ...
Etant pile sur un des versant de la vallée de la Haine (mais mes intentions étaient pacifiques, rassurez-vous), j'aperçu dans le lointain l'antenne hertzienne d'émission de canal+ Belgique à Anderlues à une distance que j'appréciai à 10 km, de même que le clocher de l'abbaye de Bonne Espérance ... Enfin des repères ... je pris donc directement le premier chemin empruntant cette direction ... pour arriver dans un charmant petit village (j'apprendrai plus tard qu'il s'agissait d'Estinnes-au-Val) ...
Je recherchais en vain une plaque signalétique m'indiquant où aller, ou, au pire ou j'étais ... quand je trouve alors une rue s'appelant "Rue de Binche" ... cherchant à aller à Binche, je n'hésite pas une seconde de plus, et me lance dans cette voirie, quand tout à coup, stupeur, que vois-je ... une inondation??? non ... on dirait une rivière ... bizarre ... de l'autre côté de ce qui ressemble à un carrefour se trouve une "grand route" (entendez par grand route une route où les voitures peuvent se croiser à plus de 60 km/heures) ... mais pour atteindre cet eldorado, cette rivière ... et quoi??? un passage à gué ??? en Belgique, en 2003??? ... il semble bien que oui ... aucun panneau n'indique qu'il s'agit d'un "cul-de-sac" et rien ne semble empêcher les véhicules de se lancer dans la flotte ... à vue de nez, 15 cm d'eau maximum pour la profondeur, et 3 mètres cinquante de largeur ... vais-je rester bloqué, embourbé dans la vase ... couard, vais-je faire demi-tour ... je prends mon courage à deux mains, et je lance mon 4x4 (4 roues-4 places) dans les éléments déchaînés (c'est pour bien faire comprendre) ...
tandis que j'aperçois dans mon rétroviseur que la toyota qui me suivait faisait demi-tour ... "On fait sa mauviette, Mc Fly"? ... bon, plus rien à perdre, je suis engagé, je poursuit mon périple, tel feu Philippe de Dieuleveut ... tout compte fait, ça m'a mieux réussi qu'à lui ... je réussi à m'extirper de l'eau, pour rejoindre ma terre promise ...
Bref (comique de rrééppééttiittiioonn), j'ai mis 50 minutes à la place des 25 habituels pour rejoindre mon nid douillet ... mais j'ai gagné un bon post pour le blog :-))

10:22 Écrit par jimich | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Gai, gai le gué Le gué d'Estinnes, attention ne jamais passer par-là avec les enfants ! après ils en redemandent...( je sais, pour vous ce n'est pas encore valable cette réflexion !) en Renault 4, ça passe très bien mais on n'en fait plus et , en twingo,je n'ai jamais essayé !

Écrit par : bafie | 05/08/2003

;-) en tout cas, en corsa, ça secoue :-)
Et comment qu'ils en redemandent les enfants :-)
Je me souviens, étant petit, je voulais toujours que papa prenne les petites routes entre chièvre et maffle, quand on allait chez ma bonne-maman à Ath ... tout ça pour passer au dessus des pont-levis :-)

Écrit par : jimich | 05/08/2003

Ah bon? En tout cas, c'est un blog tordant, mais je suis sûr que l'explication de la remorque en feu est tout aussi drôle! Serait-ce le fermier, fumeur, qui eu jeté son mégot en arrière, provocant feux et fumées, et paniquant, fit un roulé-boulé... Non, ça c'est dans Taxi4.... Heu... Non, je n'ai pas d'itinéraire préféré...

Écrit par : Mike | 05/08/2003

et hier matin un type s'est enerve derriere moi, m'a depassé et queue-de-poissonné, pour finalement s'arreter (freinage sec) 50 m plus loin, au feu (deja) rouge. ben je l'ai enerve encore plus en lui faisant un petit signe (le pouce levé) pour le feliciter... l'etait pas content... d'apres les gestes qui ont suivi: il semblait me dire d'abord "quoi qu'est-ce tu veux ?" puis "viens... vas-y viens" et enfin "ainsi font font les petites marionnettes", ce qui signifiait surement "arrete de faire le mariole" (je lui souriais)...

Écrit par : :-) | 06/08/2003

Les commentaires sont fermés.